AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 
danse macabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: danse macabre   Sam 10 Oct - 0:55

I saw myself dancing alone, always alone



CALLA PETTERSEN

nom : Témoin des origines scandinaves. L'ailleurs au bout de la langue. Marque du fantôme pour lui rappeler que la vie est bien trop courte. La beauté. Fleur fragile.   ▲ âge et date de naissance : Vingtième année, chiffre rond qu'elle affectionne. L'âge adulte redouté par celle incapable de prendre de bonnes décisions. La jeunesse attrayante dont elle prend soin. La fête de la musique pour célébrer un anniversaire, il n'y a rien de mieux ! ▲  statut civil : Des corps de passage car elle ne sait pas s'attacher. Incapable d'aimer une autre personne qu'elle même. Lui, l'obsession malsaine d'une gosse en manque de repères. ▲ orientation sexuelle : Battements de cils pour attirer l'homme. Promesse d'une innocence envolée. Calla aime la virilité, l'expérience et les visages marqués par la vie.  ▲ metier : Pour le besoin d'un avenir meilleur, elle se plonge des les livres d'Histoire. Étudiante bien plus préoccupée par son professeur que par les cours. Le quotidien. La voix sensuelle comme gagne-pain. Elle offre un peu de bonheur aux messieurs solitaires à distance. Quelques fois sa plus belle robe pour accompagner les riches. La nécessité. ▲situation familiale : Seule. Fille unique. Personne avec qui partager ses jouets. Personne pour lui tirer les cheveux. Aucun complice ou innocent à faire accuser. Le mensonge et la manipulation. Une mère comme unique repère et Petyr, un véritable crane. Décoration du lieu où la magie opère. Boule de cristal et tarot, que des mensonges.  ▲ Ton espèce : La mort. L'odeur délicieuse de la pourriture. Dernier souffle qu'elle aspire pour ne pas dessécher. Faucheuse des âmes égarées, poussées à bout. Un peu d'aide, il n'y a plus de remords juste l'envie de ne pas dépérir.  ▲ traits de caractère : Calla est l'épine de la rose. Beauté empoisonnée. La gentillesse n'est que façade pour cette âme chaotique. Recherche perpétuelle d'amour. Elle aime sentir le regard des hommes parcourir son corps, se sentir désirée et repousser. Manipulatrice sournoise, elle reste dans l'ombre laissant d'autres payer pour ses méfaits. On lui donnerait le bon Dieu sans confession et elle en profite. La bonne copine, toujours présente pour connaître les secrets les plus sombres. Rare sont ceux qui voient sa véritable nature. Calla détruit tout ce qu'elle touche, c'est un besoin plus qu'une envie.  ▲ Que penses-tu des créatures ? : L'excitation du danger, de l’extraordinaire. Aucune surprise, l'enfant y a toujours cru. Bercée par les histoires effrayantes d'une mère prétendument extralucide. Elles sont belles les créatures, les erreurs de la nature. Curiosité omniprésente pour les autres, les différents.  ▲ groupe :Pigalle ▲ crédits : okinnel.
Rideaux de perles bruyants. La cloche pour annoncer l'arrivée d'un client. Élevée par une manipulatrice, une menteuse professionnelle. Voyante, médium surtout arnaqueuse. La facilité de l'argent. Les âmes faibles qui redemandent encore et toujours à être rassurées sur le futur, sur la mort. L'enfant aime jouer à Madame Irma, aiguiser ses talents d'illusionniste. Les belles paroles pour le sourire crédule. Comment ne pas croire une gueule d'ange ? ◆ La promesse d'un retour non tenue. Il est jamais revenu le géniteur du pays lointain, lui laissant juste quelques mots et un nom comme héritage. La grande faucheuse ou alors les belles cuisses d'une autre, elle ne sait pas, mais ce besoin d'être aimée par l'homme, par les hommes est une nécessité. ◆ Obsession malsaine pour eux. Quand les bleus se posent sur les carrures imposantes, les traits marqués. Secrets qu'elle veut connaître, les draps qu'elle veut partager. Un jeu vital, un passe temps dangereux car les sentiments se perdent bien souvent. Calla aime quand il résiste. Il la pousse à aller plus loin, à se surpasser. Le défi qu'il représente bien plus que l'attrait véritable. Quand ils ont cédé à la tentation, elle passe à un autre, prenant un malin plaisir à détruire les vies, les amours de ces faibles. ◆ L'ombre, le silence. Calla est la femme sournoise. La gentillesse intéressée. L'observatrice qu'on ne voit que quand elle le souhaite. Elle s’immisce dans les vies avec une agilité redoutable, s'accroche aux moindres gestes d'égarement. Calla est la démon au visage d'ange. ◆ Déstabilisante. La gamine n'est jamais là où on l'attend. Change de comportement comme elle respire. Calla arrive toujours à surprendre. Rien n'est jamais acquis avec elle. Il n'y a pas une, mais des centaines de possibilités, de comportements dictés par le cœur ou la faim. ◆ L'adrénaline, besoin de toucher la mort du bout des doigts pour se sentir vivante. Les ruelles sombres empruntées pour le danger prête à hurler, à mordre. Premier métro pour côtoyer les corps imbibés, se sentir meilleure qu'eux qui se noient dans l'alcool car elle n'aime pas se perdre dans le liquide. Modération afin de ne pas perdre le contrôle. ◆ La fois de trop, le risque inconscient. Mauvais jugement, mauvaise personne. Le contrôle lui échappe totalement alors que les secondes deviennent des minutes. C'est long, douloureux. Elle supplie, mais il n'entend rien. Le moment lui échappe, il n'y a plus que la chute. Cinq mètres puis le sol froid. Le marbre blanc devient rougeâtre. Un miracle, une malédiction plutôt. ◆ Celle qui aimait déjouer la mort aime à présent l'aider à accomplir son rôle. Pour les autres, pour rassasier la faim. Chacun pour soi et elle la première. Habillée de noir pour se fondre dans le nuit. Elle les suit, ceux qui puent la mort pour se repaître de l'âme du perdu. S'amuse du destin, de la fin qu'elle sait proche. ◆ Calla est une enfant. Rire facile, elle sautille et attrape les mains pour voguer vers des aventures trépidantes. Absence de limites, elle ne sait pas respecter le privé. Curieuse, elle ne se prive jamais de poser des questions dérangeantes avec son air innocent. Passe des rires aux larmes en un clin d’œil. Capricieuse cachée à la détermination exagérée. ◆ Histoires terrifiantes, elle en raffole. Elle se drogue à la peur et aux images macabres. L'éducation de la mère un peu étrange. Calla a grandi entourée de bocaux en verre où reposaient fœtus divers et organes. Crâne humain comme ami fidèle, Petyr, reste des histoires du père. La jeune femme affectionne l'étrange.

ton pseudo : Peony  ▲ ton âge  : 21 ans ▲ ton pays : France ▲ ta fréquence de connexion : mini 4/7 ▲ comment t'es arrivé ici ? Ambroisie, la vilaine    ▲ ton avis sur le forum : c'est pas bien de me montrer des merveilles comme le forum! Je vous le dis, je vais vous poursuivre partout maintenant! Terminé la tranquillité. ▲ un commentaire ? préparez vos cerveaux car je veux des liens! J'espère ne pas vous décevoir avec Calla  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Sam 10 Oct - 0:55

   
the late afternoon sunlight, warm as oil, sweet as childhood ...

   
Rire forcé. Calla n'a pas compris la blague, mais elle fait semblant. Elle imite les autres. Ils viennent d'un autre monde. Ils puent la richesse à en écœurer la jeune femme. La conversation tourne autour de choses qu'elle ignore, des mots inconnus. Elle, fille d'étrange à l'éducation simple. Ce sont les chanceux de la vie, ses clients, ses amis d'une nuit. Ce n'est pas régulier. Dicté par la nécessité, par un besoin ponctuel alors elle va plus loin. Abandonne son téléphone pour une véritable rencontre. Catin de luxe. Catin tout court. Il n'y a rien de luxueux chez Calla. C'est pauvre, bon marché et souvent troué. Elle brode pour cacher la misère. La réalité de son âme. La jeune femme rêve de les empoisonner, de les étouffer avec leurs billets et profiter seule de ce dernier verre de champagne. Elle acquiesce et bredouille quelques mots. La catin n'est pas là pour faire la conversation, elle est là pour flatter l’ego de Monsieur. Faire que les regards envieux se tournent sur son passage et elle tient parfaitement son rôle. Le retour est long sous les mains baladeuses. Le client est roi. Le client est sale. Il pense que le corps  fragile est à lui. Il s'invite sur chaque parcelle de peau, dans l'intimité sans lui demander. Calla le laisse faire peut-être car c'est son travail. Surtout car elle aime ça. Éveiller l'excitation des fortunés, leur faire perdre contrôle. Les gestes impurs entachant l'image de l'homme parfait. Ils lui donnent de quoi se sentir puissante. La valse érotique continue dans les quartiers éclatants. Garçonnière ennuyante comme le propriétaire. Il se vante de ses exploits, tous ses exploits. Un dernier verre, par politesse. Sans doute une habitude que les autres catins acceptent, mais pas Calla. Le manège reprend, l'odeur de whisky en plus, l'envie en moins. Ce n'est qu'une gamine. Dix-neuf ans depuis quelques heures. Ils ont tous oublié, préférant préparer leur soirée sur les quais de Seine ou dans les bars rue de la Lappe. Il n'y a que sa mère et lui. Son obsession du moment, enfin son obsession d'hier. Il a cédé. Une année, le beau lui a fait attendre une année avant de s'abandonner à elle. Le plaisir a laissé place à l'amertume. Le jouet cassé. Il a perdu son mystère, devenu accessible pour la main destructrice. Son plus beau trésor. Prise à son propre jeu. Il lui manque le beau. Elle pense à lui jour et nuit. Rêve d'être à nouveau dans ses bras, mais se refuse de répondre à cette envie. Ça ne se passe pas ainsi. Il y a des règles dans le jeu et elles doivent être respectées. Pourtant c'est à lui qu'elle pense quand le fortuné promène ses pattes sur son corps qui porte encore son odeur. La vision se brouille aux mots vulgaires qu'il prononce sans honte. Elle ne veut pas. Refuse de se donner à lui. La main part vite, trop rapidement pour qu'elle avorte le geste. Le regard noir. Le fortuné devient monstre. Il fond sur sa proie ne lui laissant aucune chance d'échapper à son triste sort. Des vulgarités accompagnées de quelques coups. Ce soir, il va la tuer, il lui a promis. Elle, petite catin stupide. Elle ne va pas survivre à la nuit. Il lui promet douleur et larmes. Ces dernières sont déjà là alors qu'elle tente d'hurler. C'est un mauvais film. Un remake pitoyable d'American Psycho. Ses pensées vont à eux. Ceux qui l'ont oublié en ce jour spécial. Insultes. Le visage de sa mère. La voyante qui ne voit rien. Calla doit se battre pour elle, pour ne pas la laisser dans la solitude. Elle se débat, profite du moment où il est vulnérable, occupé à satisfaire ses besoins lubriques. La jeune femme lui échappe, glisse entre ses doigts comme un courant d'air. Elle n'est pas loin de la sortie, un dernier escalier, quelques étages. La main se plaque sur la bouche grande ouverte, prête à crier. Demander de l'aide. Elle veut vivre, ne veut plus déjouer la mort. Les gestes sont fouillis. C'est un désordre où il est forcément gagnant. Ce soir tu vas mourir. Les mains se placent sur chaque épaule. Le geste décidé d'un homme blessé. Il pousse, elle est légère, il ne faut pas beaucoup de force pour la voir basculer de l'autre côté. Le sol se dérobe, les doigts cherchent de quoi se raccrocher, mais en vain. La chute longue et silencieuse. Quelques secondes qui semblent s'arrêter dans le temps. Il est le dernier visage qu'elle voit. Calla ne sent pas son corps percuter le marbre du rez-de-chaussée. Elle ne sent pas les os se briser ni le sang s'échapper. Elle embrasse la mort.

Les pieds nus dansent sur le tapis au son des prédictions inventées de la mère. Calla s'en amuse. Étouffe un rire entre ses mains avant de se jeter sur le canapé et laisser sa bouche s'ouvrir en grand contre l'oreiller. Les pieds battent dans le vide. La gamine attend le moment où la mort viendra faire son travail. Il est là son futur repas. Une belle et longue vie qu'elle lui a dit. S'est loupé cette fois, maman. Elle essaie de deviner les circonstances, mais se perd rapidement dans des récits trop macabres pour la réalité. Bercée par les contes lugubres. Les films angoissants. A chaque fois, elle imagine la même mort. La chute. Le cou qui se brise suivi des autres parties du corps. Pas de miracle cette fois, enfin si on peut appeler ça ainsi. C'est une malédiction qu'elle a appris à aimer. La puissance, les yeux mystérieux. Elle se sent forte. Veut briser les autres, les faibles. L'heure du repas a sonné, elle enfile rapidement des chaussures. Embrasse sa mère sur la joue avant qu'il disparaisse. Le gibier. Elle se sent chasseuse. Joue à l'espionne en attendant le destin funeste de sa proie. Il lui arrive de jouer avec. Comme un chat pour faire perdurer le plaisir. Elle fait connaissance, leur montre un peu d'égard. Elle a l'impression que ça rend l'âme meilleure. Calla se teste aussi, cherche sa part d'humanité, jusqu'à présent, elle n'a jamais réussi à l'atteindre. L'enfant sautille sous les regards interrogateurs des passants. Tellement appétissante, elle en salive d'avance. Il est séduisant, un peu crétin, mais il va bientôt mourir alors ça n'a pas d'importance. Ils sont tous stupides de toute manière. Tous ceux qui passent la porte du salon de voyance. Calla croit aux dons, mais pas en ceux de sa mère. Ce n'est que mensonge, alors elle se moque des crédules qui se bousculent. S'amuse à faire ses propres prédictions ou à cogner dans les murs quand sa mère lui demande. Calla est l'esprit des crétins. Les disparus qu'ils viennent apercevoir. Elle cogne dans les murs, geint ou actionne les appareils électroniques à distance. Les pieds joyeux s'arrêtent net. Le corps s'envole. Elle est surprise, c'est violent. Le bruit de l'homme qui s'écrase sur le sol, elle s'en rappelle encore. Les cris de l'amie qui l'insupporte déjà. C'est une mort stupide, un repas facile. La gamine fait semblant de s’intéresser au blessé alors que le dernier souffle de vie s’échappe de la carcasse. Elle se repaît de l'âme du condamné. Rassasiée, elle reprend sa route pour satisfaire un autre désir. Une autre faim, plus intime. Elle change de visage. L'enfant devient séductrice. Les courbes qu'elle balance pour éveiller les désirs. Convoitise naissante qui caresse sa peau. Le début du jeu de la séduction. Début de l'auto-destruction pour oublier son obsession du moment. Il a plus d'expérience que les autres. Plus de vécu. Elle repousse un peu plus la limite, l'écart d'âge. Plus qu'une simple obsession, un challenge. Calla peut perdre bien plus que la partie, mais il est irrésistible. Montague, beau Montague. La gamine aime murmurer ce prénom. Monsieur Rochas pour l'excitation. Il est le plus inaccessible, le plus attrayant. La bague au doigt, ce n'est qu'un détail, un plan pour le futur quand le moment sera venu de devenir ouragan. Pour le moment, il est à elle, il est son nouveau jouet. Elle l'espère bien plus intéressant que le dernier, bien plus résistant. Ce n'est pas drôle quand il cède trop rapidement, elle ne prend aucun plaisir à les voir ramper à ses pieds. Eux, qu'elle a surestimé, mis sur un piédestal. Calla déteste se tromper sur la marchandise. Prendre les rats pour des loups, elle se sent obligé de les détruire encore plus que les autres. Perte de temps pour celle qui ne vieillit plus.  

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 175
DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Sam 10 Oct - 9:02

UNE CORROMPUE Tu as vendu ton âme à Ambroisie ?   Belle étudiante, princesse un peu perdue. C'est beau ce qui se dessine entre les quelques mots que tu as écrit   Bienvenue    C'est une faucheuse, la première!  

Citation :
ORIENTATION SEXUELLE : Battements de cils pour attirer l'homme. Promesse d'une innocence envolée. Calla aime la virilité, l'expérience et les visages marqués par la vie.
Faut que je te présente Rubens, vampire, charmant, prof à ses heures perdues


    FANTASMAGORIES
    you are nothing but wild beast wearing human skin △ You are an amalgam of survival instincts, of roar and resistance. fury, wrath, vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 281
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Sam 10 Oct - 9:25

Fais pas confiance à Rubens il est méchant !
Coucou toi Comme je te l'ai dis hier soir, Mathilda est un super choix, en faucheuse en plus c'est génial, tu es notre première faucheuse, la pauvre elle doit cumuler sa vie d'étudiante normal plus ses dons et surtout chercher à manger Le début est exquis donc j'ai hâte d'en savoir plus et de voir comment elle va séduire monsieur Montague
Bienvenue chez toi


Les plaies
Elle rêvait de devenir invisible : tout voir, tout entendre, tout apprendre, sans que rien de palpable ne signalât sa présence. Elle ne serait plus qu'une onde, un souffle, un parfum peut-être, rien qu'on pût toucher ou attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Sam 10 Oct - 11:28

Je veux bien le rencontrer ce Rubens Calla peut aussi être très méchante
Je suis heureuse de voir que le début de la fiche vous plait  J'espère que la suite aussi va vous plaire. Monsieur Montague ne va pas pouvoir résister bien longtemps  Calla est déterminée et elle peut être très entreprenante quand elle le souhaite
Merci à vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 281
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Sam 10 Oct - 13:01

Une méchante ! Une méchante douce alors ? Vas-y tu m'aiguises encore plus ma curiosité là
Montague, il sait pas dans quel pétrin il s'est mit avec Calla, j'ai trop trop hâte de lire vos rps maintenant Surtout qu'une faucheuse et un change-peau c'est atypique, c'est génial


Les plaies
Elle rêvait de devenir invisible : tout voir, tout entendre, tout apprendre, sans que rien de palpable ne signalât sa présence. Elle ne serait plus qu'une onde, un souffle, un parfum peut-être, rien qu'on pût toucher ou attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Sam 10 Oct - 17:09

Sournoise Calla, prête à tout pour obtenir ce qu'elle souhaite sauf assumer ses méfaits  C'est une fausse gentille la gamine
Non, le pauvre Elle va être gentille avec lui, au début du moins, c'est déjà ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 281
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Dim 11 Oct - 8:52


BIENVENUE CHEZ TOI

Mais... mais c'est quoi cette parfaite beauté que tu nous as fabriqué ? (oui je crois que c'est mon smiley du moment celui-ci. Ca me change beaucoup de ta petite Romy victime là tu attaques avec son homonyme et ça me fait super plaisir de voir ça Je sais que tu vas t'amuser avec elle, ça se sent quand on lit et tu as su lui mettre une certain fragilité qui se mélange avec son assurance, c'est hufinejhufie Voilà et ta plume, ta plume, je ne dirai rien sur ta plume exquise, ce rythme que tu insuffles. Bref ta fiche est magique

Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pour ce faire, tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



Les plaies
Elle rêvait de devenir invisible : tout voir, tout entendre, tout apprendre, sans que rien de palpable ne signalât sa présence. Elle ne serait plus qu'une onde, un souffle, un parfum peut-être, rien qu'on pût toucher ou attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: Re: danse macabre   Dim 11 Oct - 11:22


MERCI
Je suis tellement heureuse! Tes compliments Puis faut remercier Montague, cette idée de personnage est arrivée grâce à sa super proposition de lien
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
la nuit je mens, à Paris je me fonds


MessageSujet: Re: danse macabre   

Revenir en haut Aller en bas
 
danse macabre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ACH] Danse Macabre C64
» La Danse Macabre
» anti tactica comtes vampires
» [8000pts] CV danse macabre
» Danse Macabre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA RONDE DE NUIT :: AUTOUR DE MOI LES FOUS :: LE METRO :: DESTINATION ATTEINTE-