AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 
– Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Ven 9 Oct - 20:15

LA NUIT JE MENS



Montague Rochas

nom : Rochas, une famille française de pure souche, originaire de Lozère. Les Rochas montèrent progressivement sur Paris aux alentours des années 1900. Autant dire que Montague n'est pas né en Lozère, mais bien à Paris. Il ne verra la Lozère de ses propres yeux que quelques années plus tard, dans la résidence secondaire de ses parents. ▲  prénom : Montague, le prénom de son arrière-arrière-grand-père, qui était aussi un éminent scientifique ; un prénom qui subit toujours quelques déformations, déformations qu'il accueille souvent avec sa grimace la plus exquise.  ▲ âge et date de naissance : Montague est né un 17 Juin 1957, et a donc cinquante-huit ans. La fleur de l'âge, sans la fleur. ▲  statut civil : Il est marié depuis trente-et-un ans et père de deux grands garçons. La famille est une valeur importante pour lui. ▲ orientation sexuelle : Ces dames et uniquement ces dames. ▲ metier : Montague enseigne l'histoire, et plus particulièrement les mondes anciens et médiévaux à l'université de la Sorbonne. ▲situation familiale : Aîné d'une fratrie de trois garçons, il est resté très proche de ses frères, et aucun d'eux n'a jamais su quitter Paris. ▲ Ton espèce : Montague est né change-peau, dans une famille de change-peaux, connue pour appartenir à cette espèce depuis des générations et des générations. ▲ traits de caractère : Fier – Têtu – Malhonnête – Talentueux – Sévère – Affectueux – Cynique – Avisé – Curieux – Charismatique ▲ Que penses-tu des créatures ? : Montague les trouve intéressantes, mais son allégeance envers les change-peaux est trop forte pour qu'il daigne partager ne serait-ce qu'un sentiment d'amitié avec d'autres créatures. Il se contente de les supporter, car, comme lui, ils sont différents. ▲ groupe : Barbres ▲ crédits : Pathos pour l'avatar,  Philippe Labro pour le titre de la fiche.
001. Montague est passionné par ce qu'il fait. L'histoire fait partie intégrante de sa vie. L'histoire de sa famille, de son pays, du monde. Il est doté d'une curiosité à toute épreuve, et ne manque jamais l'occasion de voir des expositions, de visiter les musées. Le Louvre est devenu son repère favori.

002. Montague possède une mémoire eidétique, qui lui a été fort utile tout au long de la vie. Il n'oubliera jamais un visage, une voix, un paysage. Sa mémoire, c'est son guide de survie.

003. Quand le professeur ne donne pas ses cours à l'université sous sa forme humaine, c'est sous les traits d'un lynx qu'il vit sa vie. La nuit, la plupart du temps, quand ses sens sont en alerte. Il s'octroie également des semaines d'errance sous sa forme animale lors des périodes de vacances scolaires.

004. Il possède une Citroën DS de 1956, qui appartenait à son père. Bien qu'il ne soit pas vraiment intéressé par les automobiles, il ne s'en séparerait pour rien au monde.

005. Même s'il est né change-peau, Montague vit toujours relativement mal chaque soir de pleine lune. Agressivité accrue, impulsivité, sa nature animale prend irrémédiablement le dessus. Pour cela, il passe toujours ses pleines lunes en campagne, loin de Paris.

006. Il est doté d'un instinct protecteur, il ne se croit pas forcément comme étant une bonne personne, alors quand il peut aider quelqu'un, il le fait.

007. Grand amateur de cuisine, et excellent cuisinier. Donne souvent des réceptions chez lui, où il sert les mets les plus exquis. Inutile de préciser qu'il mange sa viande saignante.

008. Des costumes sur mesure tout droit venus d'Italie, des chaussures faîtes à la main chez John Lobb à Londres, Montague se distingue par son style classique, mais indéniablement élégant.

009. Montague possède une cicatrice le long de l'oeil droit, trace d'une lutte acharnée sous sa forme animale avec un autre change-peau, qui eut lieu il y a des années de cela. Fort heureusement le nerf ne fut pas touché, et Montague conserva la vue. Lorsqu'on le lui demande, il explique les origines de cette cicatrice en mentionnant un banal accident de ski.

010. Il refuse d'utiliser la moindre technologie. Borné, et pas patient pour deux sous installé face à un ordinateur, il préfère le papier et l'encre, qui ne tombent eux jamais en panne.

ton pseudo : Odistole  ▲ ton âge  : 20 ans ▲ ton pays : la France pardi ! ▲ ta fréquence de connexion : Aussi souvent que faire se peut ! ▲ comment t'es arrivé ici ? À CAUSE D'AMBROISIE ET J'AI BIEN FAIT ▲ ton avis sur le forum : J'ai craqué, je crois que ça résume un peu la chose  un commentaire ?      

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Ven 9 Oct - 20:16


Tout est déjà joué depuis longtemps, on ne continue la partie que par habitude.

La paupière était lourde, tandis que Montague roulait en direction de Paris. Ses ongles étaient encore noirs, là où la terre s'était insinuée. Et là où les cheveux devraient être ordonnés, ils lui tombaient sur le front. La bête subsistait au-dehors. Cette pleine lune, comme les précédentes, avait été particulièrement mouvementée, et Montague n'avait que très peu dormi. Il avait surtout... erré. Même en près de cinquante ans d'expérience en tant que change-peau, il ne parvenait pas à se maîtriser les soirs de pleine lune. En dehors de ces périodes, Montague avait un absolu contrôle de lui-même, et surtout, de la bête. La pupille qui changeait, les crocs et les ongles qui s'allongeaient. Une métamorphose qui n'avait plus de secrets pour lui.

Paris retrouvée, c'était le département d'histoire qu'il regagnait au plus vite, garant la DS dans le parking réservé aux enseignants. Les mains dans les poches, la mine plus renfrognée que jamais, il prit la direction des premières toilettes qui se présentèrent à lui. Son premier cours commençait dans cinq minutes. Il lava ses mains, lava la terre, nettoya les ongles, le visage fermé, concentré. La partition qui se jouait dans son esprit n'avait pas d'égale. Le cours qu'il ressortait. Il n'avait absolument rien amené avec lui, pas de notes, pas de fiche, rien. Juste sa mémoire. Il s'observa rapidement dans la minuscule glace accrochée au mur, et vit à quel point la nuit dernière avait été difficile. Sa mine était mauvaise, c'était le moins que l'on puisse dire. Une sale gueule. Une mauvaise nuit, tout simplement. Du dos de la main, il alla replacer les cheveux sur le côté, et essuya la terre qu'il avait sur la joue. Veste qu'il ajusta sur ses épaules, défiance avec l'autre dans le miroir, et il se rendit à l'amphithéâtre dans lequel il donnait son cours.

La plupart des élèves était déjà rentrée, et les étudiants bavardaient dans un joyeux brouhaha en attendant que le cours commence. À son arrivée, l'on cessa progressivement de parler, et certains d'entre eux se souvinrent avoir déjà vu cet air lugubre sur le visage du Pr. Rochas. Le concerné balaya l'amphithéâtre de son regard dont on ne déterminait jamais très bien la couleur. Était-ce du bleu, était-ce du marron. Aucun d'entre eux ne pouvait vraiment le dire, peut-être ceux qui s'étaient déjà entretenus avec lui, et encore. Montague attendit que le silence règne dans l'amphithéâtre, puis il commença le cours. Se servir du rétroprojecteur ? Niet. Jamais. Un velleda et puis c'est tout. Montague ne faisait pas vraiment d'efforts pour écrire gros, et ceux qui connaissaient les us et coutumes du professeur savaient qu'une place au premier rang était impérative pour arriver à lire son écriture en pattes de mouche. Les élèves placés plus haut tentaient quant à eux de deviner à qui mieux-mieux les inscriptions sur le tableau blanc. L'heure passe. Montague n'a pas hésité une seule seconde. Il a débité son cours, comme un automate, rejetant les questions par un silence, ignorant les mains qui se levaient, souriant en entendant des « quel sale con » murmurés par des étudiantes frustrées. Montague ne prenait les questions qu'à la fin de son cours, jamais pendant. Aussi, quand l'heure fut terminée, quelques courageux s'aventurèrent hors des rangées de sièges pour venir jusqu'à l'estrade professorale. Parmi ceux-là, une jeune fille. Un visage innocent, que Montague avait appris à reconnaître. Des cheveux dont il a du mal à déterminer la couleur exacte. Est-ce du châtain ou du blond vénitien, il n'en sait rien. Des yeux curieux qui rencontrent les siens, au détour d'une question qui sonne comme un alibi, celui de se tenir là, en face de lui. Le fauve reconnaît l'enfant innocente, la brebis sans défense, et le fauve se demande alors quel goût aurait sa chair s'il y plantait ses crocs. Montague, lui, chasse ces pensées d'un petit mouvement de tête. Délicieuse enfant dont les questions sont toujours justes. Pour répondre, il prend son temps. Une migraine sans nom menace de lui arracher une grimace depuis une vingtaine de minutes, mais il répond. La bête a bien profité, mais la bête a rendu l'humain épuisé, et Montague a les traits tirés, plus que d'habitude. Peut-être qu'elle l'a remarqué. Généralement, il ne se pose pas ce genre de questions. Mais elle a l'étrange faculté de le pousser à d'étranges raisonnements, la jeune fille. Elle veut lui rendre un travail, qu'il accepte contrairement à ses habitudes. Pas le temps pour des travaux d'étudiants. Pour elle, si. Pourquoi pas. Au diable les autres ! Il saisit le document, la feuille bariolée d'une écriture délicate. Ses yeux se posent enfin sur le nom. Calla Pettersen. Il coule un sourire poli, bien que sa figure n'exprime qu'une profonde envie de dormir. Qui sait, peut-être peuplera-t-elle des rêves dont il ne se souviendra pas au réveil. Il la regarde un instant encore, persuadé qu'elle est différente, et quand elle s'éloigne, il se dit finalement qu'elle est banale. Qu'elle veut réussir. Et qu'elle sait parfaitement comment le séduire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 175
DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2015

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Ven 9 Oct - 20:34

UN CHATON . Si tu te diriges vers un cabot, tu vas décevoir Mahaut, elle préfère les petites boules de poils qui miaulent . Bienvenue . Bon, attention, je n'ai pas étalé tout mon amour pour ce choix d'avatar, PARCE QUE WALTZ BORDEL DE GHFJHFGJF . Et ce pseudo. Je m'en vais décéder plus loin

Ambroisie est fourbe, elle vole l'âme de tout le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Ven 9 Oct - 20:54

Coucou c'est Salvatore Arrow
Je serai félin, je te rassure, gros félin mais félin tout de même
J'ai pas pu résister à prendre Waltz, il est parfait pour ce forum
Merciiiiii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 281
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Ven 9 Oct - 22:19

N'est-ce pas que j'ai bien fais de t'emmener dans ta seconde maison Je suis fière de moi j'ai réussi à te corrompre en deux secondes, surtout avec une boule de poils, un lynx Tu fais le bon choix mon petit (comme d'habitude )
Donc je réclame la totale, déjà je veux le découvrir ce professeur lynx, je veux lire ta fiche et je veux un lien, Hyacinthe elle a besoin d'un papa spirituel
Tu connais la maison, bienvenue dans ton nouveau chez toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Sam 10 Oct - 0:31

Vile créature que voilà
Tu auras tout cela, patience, petite demoiselle
Merci à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 677
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Sam 10 Oct - 22:10

Bienvenue dans notre résidence secondaire (comme dirait Hya ) petit vieux. *lui donne un déambulateur*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Sam 10 Oct - 22:58

Vile créature, hors de ma fiche avant que je ne te croque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 175
DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2015

MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   Dim 11 Oct - 8:54


BIENVENUE CHEZ TOI

Montague c'est un chaton, je le savais . Un lynx, ça rentre à peu près dans un grand sac, c'est transportable (Mahaut n'a pas du tout le sens des proportions, faut l'excuser). Plus sérieusement...   Ce personnage que j'ai adoré découvrir  . Boule de poils dangereuse sous la carcasse parfaite de l'homme . Le double-jeu qu'il opère. Et puis, cette histoire qui se profile avec la jolie étudiante  . J'ai hâte de lire tes rp, et je vais voir pour te balancer Mahaut dans les pattes, elle enseigne aussi à la Sorbonne    

Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pour ce faire, tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



    FANTASMAGORIES
    you are nothing but wild beast wearing human skin △ You are an amalgam of survival instincts, of roar and resistance. fury, wrath, vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
la nuit je mens, à Paris je me fonds


MessageSujet: Re: – Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
– Je suis l'esclave d'une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance. » (MONTAGUE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis un éternel indécis, aidez moi.
» Indéfinissable
» voir les choses en grand ..... comme les C'Tan
» la belle chose d'ebay AU
» [hf] bataille des canonnières - je suis sur un bateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA RONDE DE NUIT :: AUTOUR DE MOI LES FOUS :: LE METRO :: DESTINATION ATTEINTE-