AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 
you should kill yourself. + alois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 16/10/2015

MessageSujet: you should kill yourself. + alois   Mar 17 Nov - 21:58

Mais des milliards d'humains
ça vaut pas un dollar



KRAMER ALOIS

nom : Kramer, connu comme le loup blanc fut un temps. Capable de faire trembler et mourir tout un peuple sans une larme. ▲  prénom : Alois et sa gueule d'ange. La plus grande arnaque de notre génération. Faute de marketing, produit merdique vendu dans un emballage parfait.  ▲ âge et date de naissance : trop lointaine pour s'en souvenir, trop vieux pour y penser. Seules les flammes, les balles et la violence font encore vibrer sa mémoire. Pantin du grand, atroce diable d'un autre temps. ▲  statut civil : amoureux éphémère et infidèle, beau parleur qu'on regarde avec tendresse avant se retrouver seule, engrossée jusqu'aux dents. ▲ orientation sexuelle : ce qui beau, viril, vieux, laid, faible. Ce qui vit. ▲ metier : chirurgien sans diplôme, vétérinaire de la vermine, boucher artistique des camps de concentration. Maintenant psychologue qu'on devrait sonder avant de le laisser entrer dans la tête des autres. ▲situation familiale : néant. Abandonnée, oubliée, détestée. Un fils laissé à sa mère trop jeune pour qu'il puisse s'en souvenir. Être volage et détestable dont on ne peut se fier.▲ Ton espèce : suceur de sang, immortel à l'aura transcendant. ▲ traits de caractère : taré, barbare, violent, charismatique, sûr de lui, artiste, asocial. ▲ Que penses-tu des créatures ? : toutes les mêmes, tristes et dégénérées. Grand tourbillon bordélique où seuls les plus cruels survivent.▲ groupe : BARBES. ▲ crédits : flares

(UN) Atroce de l'âme, monsieur baise son fils. Otto et ses allures de quarantaine. Il se souvient du pendentif accroché à son cou, de la révélation qui leur brûlait les lèvres. La rancœur d'un gamin abandonné par son père lui sautait à la gueule. Alois s'en est délecté avant de lui sauter dessus, de gober toute sa haine et sa violence pour les réduire à l'état de désir. Chair contre chair, c'est tout ce qu'ils sont capables de faire, Otto et lui.  (DEUX) Tueur en série oublié par les années d'histoire. Les crises qui s'enchaînent, les ères qui s'éteignent pour laisser place à d'autres. Trop de vies sont passées entre ses mains pour y mourir. Trop de cadavres sont nés de ses doigts mais ça, personne ne le sait, tout le monde s'en fiche. C'est trop loin, perdu quelque part dans l'histoire. (TROIS) Vide. De regrets. D'amour. De haine. De jalousie. Vide. Tu parles trop fort et les mots résonnent dans sa cage thoracique. Tout n'est que simulation infâme. Trop vieux pour ressentir, ses organes sont pris la poussière et son cœur la poudre d'escampette. (QUATRE) Psychologue par faute de trouver mieux. C'est lui, l'épaule de tous les malheurs. Il écoute mais oublie, les confessions passent comme de l'eau dans une passoire. Alois, c'est l'illusion du bien enfermé dans le mal. L'enveloppe angélique et douce pour ne pas soupçonner l'existence d'un autre démon, plus profond, plus détestable. (CINQ) L'immortalité l'emmerde alors, quand il ne couche pas, il dort. Beaucoup trop. Pour oublier ce temps qui stagne et pourrit autour de lui. Il a l'impression d'être dans un étang poisseux où même les poissons manquent d'oxygène. (SIX) Accro à l'hygiène, la bête nettoie ses mains dix fois par jour, alimente sa psychose en inspectant ses vêtements du soir au matin à la recherche de la moindre tâche. Alois est allergique au désordre et à la saleté. Pourtant, recouvert de sang, il se sent plus vierge que jamais. (SEPT) Otto, sa plus belle création, son partenaire d'éternité, son plus beau joyaux. Une alchimie incestueuse les unie. (HUIT) Collectionneur de dents que la bête vole à ses victimes pour les entreposer dans des petites boîtes, triées par taille, sorte et couleur. Certaines sont ce qu'il aime appeler 'son retour à la gloire'.  (NEUF) Superstitieux maladif. Voit la malchance même là où elle n'existe pas.  (DIX) Alois, monstre presque mystique. Il pourrait être l'une de ces légendes urbaines qu'on se raconte tard le soir pour se faire peur.

ton pseudo : SUCCUBE.  ▲ ton âge  : vingt et un. ▲ ton pays : quelque part en france. ▲ ta fréquence de connexion : dés que je peux. ▲ comment t'es arrivé ici ? je suis arrivé avec Abondance mais par manque de temps et de tout, j'ai foiré ma première arrivée. Puis Otto est arrivé alors on a décidé de s'unir un peu. ▲ ton avis sur le forum : beau. ▲ un commentaire ?  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 16/10/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mar 17 Nov - 21:59



l'éternité c'est long quand on marche sans cœur.


Elle était belle et il aurait pu dire qu'il l'aimait bien. Sa main posée contre son front glacé, elle était déjà morte. Numéro 215, c'était son prénom, faute d'avoir le sien, le vrai, celui que ses sœurs avaient hurlé lorsqu'Alois l'avait arraché à sa famille. Elle était maigre, des jambes allumettes et des bras osseux qui donnaient l'impression de vouloir trouer sa peau. 215 avait la tête rasé. Ses cheveux, c'est certainement ce qu'elle avait le plus pleuré, enfermée dans sa cage du soir au matin, entreposée dans le sous-sol d'un hôpital où des âmes agonisaient en silence. Il se souvient de la première fois, lorsqu'il marchait au milieu des couloirs de ces clapiers à gamins. Les gémissements s'élevaient comme des supplications. Tous tendaient la main pour effleurer le corps d'Alois mais ses yeux restaient visés sur 215 et sa  longue chevelure brune caressant ses reins. Sa peau était pâle, presque translucide, il aurait pu voir le sang passer dans ses veines et alimenter son cœur. Il avait ouvert la porte à barreaux pour lui donner l'illusion de pouvoir s'échapper mais l'avait rattrapé dans un rire sournois. Sa main lui avait arraché sa fine couche de vêtement alors que des centaines de paire d'yeux se posaient sur eux.Dix ans, ce devait être le plus vieux spectateur de cette ignoble comédie. 215 n'avait même pas versé une larme lorsque son bourreau l'avait plaqué au sol pour lui voler ses virginités. Elle avait eu l'impression qu'il tentait de la gober entièrement lorsque ses lèvres se posaient contre sa colonne vertébrale voûtée à force d'être penchée dans sa minuscule boîte. L'ignoble avait pris son pied, il s'en souvenait encore, alors qu'il caressait la peau gelée de sa victime.
Elle était morte. Suite à une mauvaise chute causée par l'un de ses coups donnés. La nuque contre le rebord de la table et 215 n'existait plus. Elle avait pourtant survécu à pire. Elle ne méritait pas de mourir comme ça, si connement, pour un rien. Gamine de neuf ans témoin et esclave de toutes les horreurs du monde. Son corps n'était plus qu'un nid à maladies où on lui avait injecté tout un tas de produits chimiques comme pour faire d'elle une potion magique. Oncle Alois était si gentil le jour qu'une fois la nuit tombée, le monstre renaissait. Ce même monstre qui la battait, abusait d'elle, lui faisait manger sa propre merde. Et celle du voisin lorsqu'il était de bonne humeur.
215 morte, il en était ébranlé (pour quelques heures seulement), le lendemain, 318 prenait déjà la relève. Plus belle que jamais, plus tendre qu'un de ces bonbons que l'on mange aux repas de famille. Elle portait encore l'odeur de la pureté lorsque ses lèvres se posèrent sur elle.
Il allait la tuer, c'était déjà écrit sur son front et ses mains. Ses expérimentations allaient l'envoyer à l'abattoir. Que ce soit sous les seringues, sous les viols ou gazée, 318 n'atteindrait jamais sa dixième année.
Comme tous les autres.
Ces enfants. Tristes victimes des tarés de guerre.
(les camps de concentration ressemblaient au paradis lorsqu'on se retrouvait enfermé dans l'une de ces cages)

Et même si la guerre n'est plus aujourd'hui, violence et sadisme sont les mêmes, seulement masqués derrière un voile de lumière. Le monde est un cercle vicieux, un éternel recommencement : ces enfants finiront tous pas mourir les uns après les autres. Ces hommes deviendront les pires, grisés par les paroles d'un être supérieur.
La paix n'existe pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 4
DATE D'INSCRIPTION : 07/11/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mar 17 Nov - 22:21

t'es si beau, daddy
surtout avec tout ce rouge sur le visage (même si le blanc fait mieux ressortir tes yeux) ou sous les belles lumières des toilettes
j'ai hâte qu'on refasse des bêtises tous les deux, comme quand on avait nos beaux uniformes de coutures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 104
DATE D'INSCRIPTION : 02/11/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mar 17 Nov - 22:50

AH BORDEL. Cet acteur.
Re-bienvenue si j'ai bien compris, et bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 170
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mer 18 Nov - 6:30

MAAAAAAAAAAAAX, il est parfait
et puis tout ce que vous avez l'air de mettre en place s'annonce très très bien, miam miam
bienvenue ici et bon courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mer 18 Nov - 11:49

UN VAMPIRE UN VAMPIRE Max, ce choix J'ai hâte d'en savoir plus sur la relation Alois/Otto Re-bienvenue et bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mer 18 Nov - 19:00

J'adore le prénom que tu as choisi
Bienvenue parmi nous, l'blafard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 25
DATE D'INSCRIPTION : 07/11/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mer 18 Nov - 21:50

l'poto d'Otto et d'Abondance, the trio quoi, vous roxez *.* Alois, ce que j'aime ce prénom...on s'attend à de belles merveilles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 175
DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Mer 25 Nov - 14:48

Coucou    

Le délai de ta fiche est maintenant dépassé, nous aimerions bien avoir de tes nouvelles car sans cela nous serons obligés d'archiver ta fiche et de supprimer ton compte  

Il te reste trois jours de sursis néanmoins


    FANTASMAGORIES
    you are nothing but wild beast wearing human skin △ You are an amalgam of survival instincts, of roar and resistance. fury, wrath, vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 281
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Ven 27 Nov - 10:15


BIENVENUE CHEZ TOI

Je suis désolée, je suis hyper en retard pour la validation de ta fiche Mais quelle fiche, tout ce que j'aime, ce que j'adore. L'horreur dans des belles phrases. L'histoire je l'ai lu avec déléctation même si c'est affreusement abominable ce que tu dépeins j'étais fascinée. Par ton personnage, ta plume. Tout ce que tu développes (ce sont les sujets que je préféré, non je ne suis pas folle mais il y a quelque chose de grandiose quand on arrive à écrire sur ce genre de tabous sans tomber dans l'excès ou la vulgarité et toi tu y arrives avec un talent monstrueux). Je suis trop fan en fait, je viendrais certainement te demander un lien et t'harceler par MP

Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pour ce faire, tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



Les plaies
Elle rêvait de devenir invisible : tout voir, tout entendre, tout apprendre, sans que rien de palpable ne signalât sa présence. Elle ne serait plus qu'une onde, un souffle, un parfum peut-être, rien qu'on pût toucher ou attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 16/10/2015

MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   Ven 27 Nov - 14:10

merci tout le monde pour l'accueil, vous êtes des perles.
et Hyacinthe, pas besoin de t'excuser auprès de moi pour le retard. je le mérite limite.
merci à toi et on se voit par mp alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
la nuit je mens, à Paris je me fonds


MessageSujet: Re: you should kill yourself. + alois   

Revenir en haut Aller en bas
 
you should kill yourself. + alois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kill Maim Burn
» [Death Note] Kill it with a pen
» APHRODITE ♦ shut up baby, i'll kill you. - UC -
» Kill Team
» Vidéo - Call of Duty - Rampe RCXD et triple kill de fin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA RONDE DE NUIT :: AUTOUR DE MOI LES FOUS :: LE METRO :: DESTINATION ATTEINTE-