AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 
(M) DOUCEUR DE L'HUMANITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 108
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2015

MessageSujet: (M) DOUCEUR DE L'HUMANITÉ   Sam 24 Oct - 20:58


ÂME VULNÉRABLE
À CONSERVER

« Aujourd'hui, le Maître a passé ses nerfs sur moi. Comme souvent depuis ces derniers temps, la relation fusionnelle que nous menons laisse parfois place aux douleurs et supplices que l'on s'inflige l'un à l'autre. Des blessures plus ou moins profondes, physiques et morales, que l'on oublie dès lors que l'on quitte la pièce où l'on se trouve. Un besoin d'air. De liberté, sans les chaînes de l'obédience qui me sont attribuées, emprisonnant mes poignets. »

La caresse du zéphyr qui peine à rougir les pommettes. Le froid n'est plus aussi frais qu'auparavant, les sensations restent endormies devant la chope de bière qu'elle observe distraitement. Elle entend les applaudissements et relève le menton, observe la scène baignée de lumière alors qu'elle, elle est dissimulée dans un coin de la salle, plongée dans une douce pénombre qui cache la pâleur de son visage. On ne fait pas attention à ce teint qu'elle dissimule sous quelques traits de maquillage. La musique est si reposante. Elle calme les maux qui peuvent traverser la sans-âme et sans-cœur. La mélodie la transporte, elle reconnaît le morceau de guitare joué, ce début, ce rythme. Sweet Home Alabama, 1974. Elle n'était pas née à l'époque, mais on l'a longtemps bercé sous l'ariette-ci alors les paroles, elle les connaît. Par cœur. « Singing songs about the Southland » Inconsciemment, sa tête bouge sous le rythme de la musique et son pied tapote le parquet délabré alors que le premier couplet est prononcé. Ça fait ressortir son humanité, à Lilith. Une partie de celle-ci, du moins. La note de guitare est manquée, l'audience laisse échapper un léger rire qui ne souligne aucune moquerie. Lilith se retrouve là, les lippes elles aussi étirées.

« I miss Alabamy once again » And I think it's a sin, yes, qu'elle murmure à la suite. Elle plante ses iris de couleur verte sur la silhouette masculine, observe chacun de ses traits, ou du moins, essaie de percevoir le maximum qu'elle peut distinguer. Elle n'est pas si loin. Mais elle a faim. Elle sent ses veines vidées, ses crocs qui ne demandent qu'à sortir pour se planter dans les cous qu'elle adore humer. La proie parfaite est sur scène, alors elle attend. Elle attend qu'il descende, qu'il s'en aille. Il s'en va par une sortie qui laisse pénétrer l'air frais, elle le suit discrètement, laissant son verre rempli. La ruelle arrière est plongée dans une obscurité sans nom, elle se faufile entre les bennes à ordure et suit la silhouette qui s'arrête au milieu de l'allée. Elle sent la crainte. Il se retourne, l'observe. Ou peut-être est-ce de la curiosité ? Elle s'approche, la flamboyante qui glisse sur les pavés si aisément, qui n'a pas peur. Pression de ses paumes sur ce corps masculin, contre le mur adossé, elle vient loger ses lèvres dans ce cou qui ne fait qu'aguicher. Elle respire, sent le parfum qui enivre. Elle veut mordre, mais se résigne. Repart dans la nuit, dans la brume installée. Elle ne peut pas le goûter, elle sait qu'elle ne s'arrêtera pas. Qui va réveiller l'humanité en elle, si ce n'est lui ?


_______________________

◊ Âge : Entre trente ans et quarante ans.
◊ Métier : Au choix (chanter au bar, ça peut être un simple passe-temps, pas forcément sa profession ).
◊ Espèce : Humain.
◊ Propositions d'avatars : J'ai imaginé tout ça avec la bouille de Jensen Ackles (et notamment parce qu'il chante Sweet Home Alabama) Arrow ou Hiddleston tiens, mais c'est totalement comme vous le sentez, je ne me réserve pas de droit de véto, vous prenez ce qui vous inspire le plus, c'est ce qui est important, do what you want  
◊ Histoire : Libre de chez libre, amusez-vous, faîtes-en un mec super torturé qui a vécu mille et une horreurs, ou un petit mec ordinaire  
◊ Lien : À approfondir avec vous.   Mais ils ne se sont vus qu'une seule fois pour l'instant, si on peut appeler ça voir, c'était assez rapide comme altercation. Concernant la direction du lien... A voir avec vous, encore, selon c'que vous préférez    
Le mot de la fin : Merci à vous, qui avez lu ce petit pavé miteux, et un plus gros merci à celui ou celle qui se sent d'attaque pour tenter un lien un peu étrange   *balance des cookies*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(M) DOUCEUR DE L'HUMANITÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stratégies, Conflits et Batailles de l'humanité, plutot antique
» Fête de l'Humanité 2012 !
» Mystère de l'Humanité
» Et plus que l'air marin, la douceur angevine
» Mission Classique : Douceur de Cerise [Toutes plateformes]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA RONDE DE NUIT :: AUTOUR DE MOI LES FOUS :: LES PORTRAITS :: PRE-LIENS-