AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 
lets break the shadows

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 41
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2015

MessageSujet: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 0:34

« C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal. »



GABRIEL ALAIN ZOWEIZ

nom : Zoweiz ▲  prénom : Gabriel Alain  ▲ âge et date de naissance : 26 ans & 16 mai ▲  statut civil : Seul solitaire en solitude ▲ orientation sexuelle : bonne question ▲ metier : soi-disant photojournaliste.. mais en réalité, chômeur. Et blogueur. ▲situation familiale : Une maman et des grands-parents aimants. Que demande le peuple ? ▲ Ton espèce : banalement humaine ▲ traits de caractères : aventureux ○ drôle ○ maladroit ○ charmeur ○ un tantinet manipulateur ○ courageux ○ flemmard ○ curieux ○ tenace ○ altruiste ▲ Que penses-tu des créatures ? : Elles sont tout simplement fascinantes. Diverses, variées, aussi intéressantes que totalement extra-ordinaires. ▲ groupe : pigalle ▲ crédits : Schizophrenic
Parlons de lui.

Comment peut-on décrire un looser? Assez compliqué. Notre gus est un peu en bordure de la société, c'est un de ces mecs que vous ne voyez qu'une fois par mois, le reste du temps, plongé dans un livre, ou dans son ordinateur à faire des recherches sur tout et n'importe quoi, mais essentiellement sur du n'importe quoi. Des lignes et des lignes de codes qui défilent, une langue des plus compliquées.. Il semble avoir passé un accord avec la flemmardise et le chômage, puisqu'ils l'accompagnent au quotidien. Le rasage semble être une option, non par souhait de ressembler à un hipster du Marais, mais surtout par non nécessité direct du geste. Franchement, les poils du faciès, c'est agréable pour un homme. Entre autre parce que s'il se rase, il fait 15 ans de moins. Pas super pour n… enfin, vous voyez. Forniquer.

Il possède une imagination débordante. Ses mots produisent le malheur, ils façonnent le monde pour l'éclairer d'un trait noir, d'un nuage sombre. Ses mots peuvent vous faire chavirer. Non, il ne souhaite pas devenir écrivain. Il souhaite devenir journaliste et plus précisément, reporter. C'est pour cela qu'il a ouvert un blog. Un blog qui référence ses découvertes. Découvertes teintées de noirceurs. Et d'une touche d'humour malsain.
Il écrit essentiellement sur son blog à propos des informations qu'il peut collecter sur les créatures. Doucement mais sûrement, son blog devient une référence. Maintenant, il cherche à mener des interviews, à partir à la rencontre de ces individus hors normes. Donc prenez garde à vous créatures, il est fort probable qu'un homme vous épi de loin et que cet homme soit Gabriel. Inoffensif, je vous rassure.

Il est complètement fan de voyage. Il aime parcourir le monde depuis qu'il s'est décidé à franchir le pas il y a quelques années et passer 3 mois en autonomie totale en Amérique du Sud. Apprendre l'espagnol et le portugais, découvrir le monde, rien de mieux pour se retrouver et se ressourcer. Non, il n'est pas un hippi prêt à s'armer d'un sac Quechua et d'un bâton de randonné. Il est plutôt dans le genre j'embarque un t-shirt et je saute dans le 1er avion qui passe, avec destination inconnue.

ton pseudo : oublié ▲ ton âge  : oublié ▲ ton pays : France ▲ ta fréquence de connexion : Je vais essayer quotidiennement.. je ne promets rien, j'ai une tendance facile à l'oubli ▲ comment t'es arrivé ici ? J'ai demandé à ma sirène ▲ ton avis sur le forum : Il a l'air chouette, on a envie de    ▲ un commentaire ?   faites pas trop gaffe à ma manière d'écrire, je suis rouillé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 41
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 0:35


LES MALHEURS DE SOPHIE GABRIEL.
Basés sur une histoire fausse.


La naissance est un vécu incroyable. C’est un moment où chaque instant de la vie quotidienne s’envole, où les soucis s’évaporent pour laisser place à la découverte de ce petit être humain criard, aux traits d’un bambin fraichement sorti des tripes de sa mère. C’est certainement ce que ressenti la mère de Gabriel lorsqu’elle le vit pour la première fois, niché au fond de ses bras. Il était tout rouge et pleurait sans cesse. Mais il ressemblait à un ange, à ses yeux. C’est naturellement que le prénom Gabriel lui fut murmuré par les anges. C’était un enfant, son enfant, et elle lui promettait monts et merveilles, lune et soleil. Et c’est ce qu’elle fit. Elle travailla, acharnée et rigoureuse, elle éleva son fils unique dans les règles de l’art. Sans père, mais pas sans coeur. Ce petit être allait être sa plus grande fierté.
Alors le voir là, avachi dans sa chambre, se réveillant la journée pour mieux ne rien faire la nuit, lui brisait le coeur. Mais avait-elle son mot à dire? Après tout, ne l’avait-elle pas poussé à faire des études, un bac scientifique à l’âge de 16 ans avec mention très bien, des études en ingénieries, puis un virage à 360° en école de journalisme. Ne s’était-elle pas pliée à ses exigences? Sans broncher?

« Mais t'inquiète maman, tout va bien. Je suis sur un projet énorme. » C'est ce qu'il ne cessait de lui répéter sans cesse depuis plusieurs mois maintenant, avec une fougue au fond des yeux. Il avait pourtant décroché des articles dans les journaux les plus prestigieux de France et même au-delà des frontières du pays. Pourquoi donc avait-il mis à un frein à une carrière prometteuse ? Pourquoi, soudainement, dès la découverte de ces affreuses créatures, avait-il décidé de s'enfermer dans sa chambre pour ne plus en sortir ? Etait-ce de la peur ? Où était-ce un autre de ces moments où il se morfondait pour la mort de son ami ?

C'est vrai, sa mort remonte à 3 ans, mais il semblait avoir fait son deuil non ? Une semaine plus tard, il était parti découvrir un nouveau pays avec son seul sac à dos. Et dès son retour, il avait repris le cours de son existence avec facilité, il semblait avoir de nouveaux amis, une nouvelle vie.

Mais non.

A le voir ainsi, rien ne semble avoir évolué, bien au contraire. L'entendre s'affairer sur le clavier de son ordinateur au milieu de la nuit ne la rassure pas, mais augmente son inquiétude. Le voir, à 26 ans, toujours dans sa chambre d'adolescent la rend nerveuse et soucieuse. Elle qui avait tout donné de sa vie pour lui permettre de vivre, la voila se rongeant les ongles pour lui. Il était intelligent, elle le savait. Apprendre à lire et à écrire, sauter une classe, ce n'était pas réservé aux enfants sans avenir n'est-ce pas ? Cependant, qu'en reste-t-il aujourd'hui de cette intelligence ? Rien. Absolument rien. Il semblait se trouver face à un vide abyssale.

***

Merci Mamie. Sans Mamie, je suis un peu perdu. 500e par mois, ça aide à finir le mois… à le débuter… à manger avec aussi… En gros, ma grand-mère me verse cette somme chaque mois pour que, chaque semaine, je lui parle durant 20 minutes de ma vie amoureuse. Qui est plate. Mais qui me rend très créatif de temps en temps. Je lui parle donc de Jenna. Jenna est d’origine anglaise. Elle est blonde aux yeux bleus, elle étudie l’Histoire et espère devenir chercheuse. Jenna est jolie, elle est grande et élancée. Mais elle est banale. « Hier, elle m’a apporté une tarte au citron, parce qu’elle est très bonne cuisinière. Mercredi, nous allons voir le nouveau Woody Allen. Jenna lui voue un culte. Je lui ai d’ailleurs reproché de l’apprécier plus que moi, ce à quoi elle a répondu que ce n’était pas un amour égal. D’ailleurs, elle ne pourra pas venir au dîner de demain soir Mamie…» Parce que Jenna n’existe pas Mamie, et elle n’existera jamais. Comme les petits-enfants dont tu rêves.
Mais non, il n’est pas nécessaire de pleurer sur mon sort. Je suis certain de m’en sortir très bien. Et les enfants, ma cousine les porte mieux que moi.

***

Le 16.03.2015, Paris, Quartier Barbès.

Je repris mon souffle avec peine, couché contre le bitume froid d'un Paris noir encre. Je ne pouvais croire ce que j'avais vu. Etait-ce l'effet d'une des nombreuses boissons alcoolisées que j'avais ingurgité au cours de la soirée ? Ou l'effet d'une des pilules de Jero? Je suis sûr que non. Ce n'était pas une illusion. C'était une réalité. Une réalité fraiche, tranchante dans cet air froid hivernal. Jamais secousse plus dévastatrice ne m'avait effleuré auparavant. Je me soulève fébrilement, frotte mes mains contre mon jean déjà bien sale, renifle avec une classe piquée à une Madonna, avant de soulever mon corps bien affaibli. Flageolant, je débute doucement, mais sûrement, une quête intellectuelle pour le savoir. Enfin, pour le moment, une marche vers l'arrêt de bus le plus proche.

***

Le 17.05.2013, Paris, Champs-Elysées.

C'était arrivé lors de notre 2e année de fac. Nous étions fous alors. Jeunes et insouciants. Fous de la vie, des filles et des mecs, fous de soirées, de drogues douces comme de drogues dures. La vie nous semblait lointaine, l'avenir incertain, le sourire toujours spontané et signifiant. Nous nous connaissions depuis l'école primaire. Nous avions grandi ensemble. Nous avions partagé nos goûters, nos repas, nos cabanes, nos lits. Nous étions des enfants l'un face à l'autre. Nous n'avions pas besoin de se parler pour se comprendre et encore moins de se comprendre en réalité. La présence de l'un suffisait à l'autre; le physique de l'un se substituait à celui de l'autre.

C'est une histoire comme une autre. Une histoire qui pourrait apparaitre dans un journal local, dans les faits divers. Je vois d'ici le titre : Deux jeunes en voiture percutent un camion. Un mort. C'est tout. Rien de larmoyant, rien de réel. Un simple état des faits, froid, clinique, véridique.

On se croyait immortelles. On se croyait invincibles. Jusqu'à ce qu'un moment qui dure une demie seconde brise votre nuque, brise votre vie, brise votre futur.


***
Le 10.08.2015, Essonne

En réalité, ma vie est ennuyeuse. Hormis écrire, lire, fouiner sur le net, je ne fais rien d'important. Les jours passent et la passion s'envole. Mes mots s'effilochent, ils s'affolent et se font la malle. Je me surprends à regarder au travers de ma fenêtre des heures durant, sirotant un thé noir amer, ne pensant à rien, du vide dans le regard. Je philosophe dans un comptoir créé à cet effet au fond de ma tête, je réfléchis à la vie, au monde qui m'entoure, à mon potentiel non-avenir. Ce n'est pas triste en réalité, c'est simplement un état de fait. Je mange, je dors, je baise, je lis, j'écris, je danse. C'est une routine de la vie moderne.

Mais cette nouveauté, cette vidéo mettant à jour ces créatures changent peu à peu la donne. Dès le début de la médiatisation sur ce sujet, j'ai compris tenir mon filon, mon excitation et mon goût pour les choses de la vie ont repris. Ma fascination a grandie aux fils des articles découverts, aux fils des informations dévoilées, aux fils des personnalité mise au grand jour. Je reprends goût à l'écriture et à l'enquête. Je veux savoir de quoi ils sont faits; je veux comprendre ce qu'ils sont et leur dessin parmi nous.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 108
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 1:07

Bienvenue parmi nous avec cet avatar du feu de Dieu.
J'ai hâte d'en savoir plus sur le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 109
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 8:29

Bienvenue Un petit humain, on commençait à manquer de chair et surtout de joli garçon . Et comment ça tu es rouillé de l'écriture ? Mais non, ça revient tout seul, alors hop, je veux en apprendre plus


    HIRAETH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
la nuit je mens, à Paris je me fonds


MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 9:49

!!!

Petite incruste, mais je suis sa belle sirène

Rubens, on le chassera ensemble babe
Revenir en haut Aller en bas

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 170
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 18:50

WOH le beau jack
*ravale dignement sa bave*
c'est méchant de nous le mettre sous le nez like dat, avec ce début de personnage, et ce pseudo qui plus est
bienvenue quand même et bon courage pour la suite beau mâle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 439
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 20:42

J'EN VEUX PLUS je veux plus de détails sur le petit humain tout mignon Très bon choix d'avatar et de pseudo, ça lui va très bien. Bienvenue et bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2015
Localisation : PARIS ET SES ENVIRONS.

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Jeu 22 Oct - 23:18

Jack, excellent choix
Bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 41
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Ven 23 Oct - 17:37

Merciii Vous êtes tous adorables.

J'ai bientôt voire quasiment fini en fait. Une petite relecture s'impose, narmol. Et en vogue le rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 281
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Dim 25 Oct - 16:43

Ca me fait bizarre de le voir sans barbe Jack J'ai l'impression qu'il lui manque quelque chose sur son visage.
Je veux en apprendre plus sur ton personnage, tu n'as rien mis je suis tristesse Je campe ici dans l'espoir d'en savoir plus
Bienvenue chez toi


Les plaies
Elle rêvait de devenir invisible : tout voir, tout entendre, tout apprendre, sans que rien de palpable ne signalât sa présence. Elle ne serait plus qu'une onde, un souffle, un parfum peut-être, rien qu'on pût toucher ou attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 41
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Lun 26 Oct - 23:24

Non non pas de tristesse, voila tout est là Bon il n'est pas spécial en fait, il est tout simplet.
ça me fait drôle aussi, je pense bientôt changer d'avatar pour lui en mettre une
Mercii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

la nuit je mens, à Paris je me fonds

MESSAGES : 109
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015

MessageSujet: Re: lets break the shadows   Mar 27 Oct - 9:12


BIENVENUE CHEZ TOI

Un petit humain bien mignon . C'est toujours compliqué de faire un humain sur un forum fantastique, de choisir cette carte là. Et tu ne tombes pas dans le cliché du mortel qui sait tout sur tout. Il a ce côté "normal", "banal" que j'ai beaucoup apprécié  . Sorte de paumé qui cherche encore un sens à sa vie  . Puis, il se lance dans la recherche des créatures, petit journaliste qui pourrait devenir célèbre si il en capturait une    

Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pour ce faire, tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



    HIRAETH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
la nuit je mens, à Paris je me fonds


MessageSujet: Re: lets break the shadows   

Revenir en haut Aller en bas
 
lets break the shadows
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Border Break (RingEdge)
» Wtf Charisma Break?
» —Xerxes Break. « The candyman » ~ !
» Lune de Break-Over
» Fiches techniques: Les vertus (hors shadows)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA RONDE DE NUIT :: AUTOUR DE MOI LES FOUS :: LE METRO :: DESTINATION ATTEINTE-