AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Voir les messages sans réponses
 

EST

 

CITE DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE. Les édifices s’examine par les tremplins côtoyés : la Géode, ce cinéma tentaculaire pour apprendre, le musée des enfants recelant des activités à comprendre le monde qui les entoures, les employés pour l’entretien de la maisonnée, et les visiteurs pour s’égayer. La cité abrite dans sa sueur du matin les trois temples d’aujourd’hui et demain : la musique, la science et, quelques fois, quand les artistes s’imprègnent de savoir des installations aberrantes d’ingéniosité.
Pas de nouveaux messages


0 Sujets 0 Messages

LE PERE LACHAISE. Lachaise fait rêver des enseignes de meubles peut-être où la langue éjacule des lettres transparentes ; Lachaise, cependant, comme cimetière terrible où les défunts s’incombent de tristesse, où les vivants visitent le profil baissé à la terre des ancêtres leur aïeuls parties vers l’Hades, le Paradis, l’Enfer, le néant, où les enfants ténèbres de leur innocence questionnent les adultes sur le sens de la mort. Aucun trésor dans ce lieu de misère tintant les présages qu’un jour, un jour, nous serons parmi eux, nous les vivants de chairs fragiles, nous les décédés de chairs flétries.
Pas de nouveaux messages


1 Sujets 5 Messages

LE MARAIS. Les rues propres de commérages subissent les piétinages des pressés que le goudron contient : des talons hauts, des claquements de basket sur le bitume humide de crasse quand les groupes de garçons observent de légendes incessantes les filles d’une jupe érotiquement frottée à leur cuisses invitation éternelle de l’envie brusque, bestial des garnements. Marais dispose d’immeubles grandioses, de boutiques fragmentaires, d’échoppes où le nectar embrasé dans le gosier embrasse l’âme reposée.
Pas de nouveaux messages


0 Sujets 0 Messages

THÉÂTRE DE LA COLLINE. La Colline héberge un théâtre antique de pièce contemporaines où les doux acteurs prononcent leur texte dans des décors lointains, Antigone, Maison de Poupée, des éjectés sur les précipices de la scène. Le public s’installe attendant leur dut pour leur contribution poissonneuse d’argent, de billet verdâtre où le chiffre inscrit indique la valeur de l’art. Il n’y a pas de rideau ; moderne le lieu piège des litanies soupirantes quand le voile exagère, les acteurs triomphent d’épopées rugissantes, les mains battent en cadence le rythme harmonieux du plaisir d’avoir vécu l’autre de leur vie.
Pas de nouveaux messages


0 Sujets 0 Messages

QUARTIER BELLEVILLE. La Môme s'y promenait, le chant résonne encore pour qui veut l'entendre. Belleville accueille les artistes, les garde en son sein. De ces musiciens, en passant par les écrivains, quelques fous amoureux qui enduisent les murs de couleurs chatoyantes. Belleville pour l'esprit, pour l'imagination. C'est la liberté qu'on leur octroie. Là où se mélangent les cultures, loin d'un centre parisien arrogant. Belleville se veut l'ouverture, l'opportunité pour qui viennent avec des idées.
Pas de nouveaux messages


0 Sujets 0 Messages

CIRQUE D'HIVER. Le bruit des clowns cascade le long des murs décorés d’or sur la joie des visages des enfants s’accrochant à leur mère. Ici ils viennent éclatant de rêve, s’assoient épanouis de fierté d’assister au spectacle du cirque d’hiver. Créatures fabuleuses que ces éleveurs de lions, de panthères, d’éléphants lorsqu’ils tonnent sur les devants de l’arène. Les petits s’écrient des « un jour je serais moi aussi comme ça », des songes plein la tête tourbillonnant de l’esclandre admiré des bas-âges innocents. Ils goûtent des enfantillages ensorcelés de bonheur mirifique qu’un temps plus de temps dans cette bâtisse charmante.
Pas de nouveaux messages


0 Sujets 0 Messages

HABITATIONS. A l’est, les passants s’étouffent dans la lourdeur du paysage, tantôt funèbre, tantôt oppressant, les murs dévoilent des messages à la lumière blafarde, aux iris pleureurs, les regards se voilent quand les hirondelles retournent chez elle après une journée de labeur. Les maisonnées ne sont guère chaleureuses, maladives elles supplient pour un supplément de confort qu’elles n’obtiennent pas. Les murs de plâtre laissent bruire les sons violents des voisins, la télévision, la musique de métal.
Pas de nouveaux messages


0 Sujets 0 Messages
 Sujets  Réponses  Auteur  Vues  Derniers Messages 
Pas de nouveaux messages
Annonce globale:

JE RECHERCHE UN RP

 
9Ciel Brouillé195le Mar 10 Nov - 13:10
Evelise Rochas Voir le dernier message
Pas de nouveaux messages
Annonce globale:

F.A.Q

 
0Ciel Brouillé184le Dim 11 Oct - 10:25
Ciel Brouillé Voir le dernier message
 Revenir en haut 
Utilisateurs parcourant actuellement ce forum: Aucun
Modérateurs:Aucun
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: